Lycée Jeanne d’Albret
78100 Saint Germain en Laye

Categories

Accueil > Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) > La filière littéraire > 1ère année Hypokhâgne / 2ème année Khâgne > LES CPGE LITTERAIRES A JEANNE D’ALBRET

12 décembre 2017
Mme Christmann

LES CPGE LITTERAIRES A JEANNE D’ALBRET

LES CPGE LITTÉRAIRES A JEANNE D’ALBRET

Présentation générale
Les CPGE littéraires du lycéee Jeanne D’Albret préparent au concours de l’École Normale Supérieure de Lyon par la voie A/L. Ce concours donne accès à plusieurs dizaines d’écoles (voir ci-dessous et http://www.ens-lyon.fr)

La première année (hypokhâgne) est généraliste.
En deuxième année (khâgne), le lycée Jeanne D’Albret propose trois spécialités :

  • Lettres
  • Anglais
  • Histoire et géographie
Horaires de la classe de Lettres supérieures
(Hypokhâgne)
Matière Horaire hebdomadaire
Lettres 5h
Histoire 5h
Philosophie 4h
Géographie 2h ou 4h*
Langue vivante 1 4h
Langues
et culture de l’antiquité, latin
3h ou 5h*
Langue vivante 2 4h

*Chaque étudiant peut choisir un enseignement renforcé en latin et en géographie. Il n’est pas obligatoire d’avoir fait du latin pour suivre l’enseignement de latin en hypokhâgne.

Horaires de la classe de Première Supérieure (Khâgne)
Tronc communHoraire Spécialité, au choix Horaire
Lettres 5h Spécialité Lettres 6h
Philosophie 4h Spécialité Anglais 5h
Histoire 2h Spécialité Histoire et Géographie 8h
Géographie 2h
Langue vivante 3h Option
Latin 2h
Langue vivante 2** 2h

** La Langue vivante 2 est obligatoire pour les étudiants qui suivent la spécialité anglais.

Langues vivantes
        Les langues que l’on peut étudier dans notre lycée sont :
Anglais Langue 1, Espagnol Langue 2, Allemand Langue 2, Chinois Langue 2.

Une formation généraliste, structurante et personnalisée
        La formation en prépa littéraire est pluridisciplinaire. Cela permet aux étudiants de se donner du temps avant de se spécialiser, tout en ne perdant pas un instant : on développe sa curiosité, on acquiert une solide culture générale, on s’approprie des connaissances en les considérant avec recul. On se forme à des méthodes de travail rigoureuses, on acquiert de la maturité intellectuelle. À l’issue de ces deux années, chaque étudiant est ainsi en mesure de s’orienter dans la voie qui lui convient vraiment.
        Les étudiants sont évalués souvent, de façon attentive et personnalisée. Les devoirs écrits sont fréquents et les interrogations orales individuelles permettent de donner à chacun des conseils qui lui sont adaptés.

L’esprit dans lequel nous travaillons
        Notre but est de faire réussir nos étudiants en leur transmettant des connaissances, mais aussi en leur apprenant à utiliser au mieux leurs capacités. Pour cela, il faut qu’ils soient en confiance aussi bien les uns avec les autres que dans leur relation avec l’équipe des professeurs. Une atmosphère sereine et des effectifs raisonnables (une quarantaine d’étudiants par classe) permettent à chacun de se concentrer sur sa progression et ses objectifs.
        Nous travaillons dans trois directions :
        1) Cultiver la joie d’apprendre, l’épanouissement intellectuel étant indispensable à la réussite et au bien-être de nos étudiants. Chacun d’entre nous transmet non seulement des connaissances, mais aussi le goût de son objet d’étude.
        2) Encourager la coopération, et non la compétition, entre étudiants, parce que les liens intellectuels et amicaux tissés pendant ces années de travail intense sont un atout durable pour chacun. La présence d’un internat dans notre lycée permet à nos étudiants de travailler ensemble au quotidien.
        3) Accompagner chaque étudiant et l’aider à progresser à partir du niveau qui est le sien. Nous amenons nos étudiants les plus brillants au meilleur niveau possible, dans la perspective du concours, sans laisser de côté ceux dont les résultats et les ambitions sont plus modestes. Nous veillons à ce que chacun, à la fin des deux années dans nos classes, ait progressé dans toute la mesure de ses possibilités et ait pris confiance dans ses capacités intellectuelles.
        4) Evaluer les étudiants de façon transparente, exigeante et constructive. Le but de l’évaluation est d’informer l’étudiant sur le chemin à parcourir pour atteindre l’excellence. En début de première année, les notes sont souvent plus basses qu’en classe de terminale et il faut tenir compte de la déception que cela entraîne parfois. Pour cela, nous accompagnons nos évaluations d’un ensemble d’explications sur les moyens à mettre en oeuvre pour progresser. Nos effectifs raisonnables permettent d’adresser à chacun les conseils qui lui sont adaptés. Une alliance d’exigence et de bienveillance, telle est notre manière de faire.
        5) Travailler dans un environnement beau et agréable, dans le centre-ville de Saint-Germain-en Laye, à proximité du château et de sa terrasse. Le salles de classe donnent sur de grands cèdres du Liban et offrent une belle vue sur Paris au loin.

Quels concours prépare-t-on en hypokhâgne et khâgne ?
        Autrefois, le concours très sélectif de l’ENS (Ecole Normale Supérieure) constituait le seul horizon des élèves de khâgne. Aujourd’hui, les perspectives se sont beaucoup diversifiées. Les khâgneux passent toujours le concours de l’ENS, qui constitue à présent une banque de données nationale à partir de laquelle diverses grandes écoles recrutent leurs étudiants : c’est la BEL (Banque d’Epreuves Littéraires). Elle donne accès aux écoles suivantes :
Ecole Normale Supérieure de Lyon Ecole nationale des ChartesESIT et ISIT (communication, inteprétariat, traduction) ― CELSA Paris-Sorbonne ― Ecricome : Kedge Business School, Neoma Business School ― ESM Saint-Cyr BCE (Banque Commune d’épreuves) : accès à 24 écoles de commerce et de management ― Sciences-Po Lille, Aix, Lyon ― ISMAPP (management des administrations publiques) ― Université Paris-Dauphine ― Ecole du Louvre.
Voir aussi http://www.concours-bel.fr et http://www.concours-bce.com
Ainsi, en préparant ce grand concours, on se donne toutes les chances de rejoindre des formations aussi diverses que des écoles de journalisme, de communication, d’interprétariat et de traduction, de commerce, de gestion des administrations publiques, de sciences politiques, etc.


Nos résultats

        A la fin des deux années de prépa littéraire, tous nos étudiants poursuivent des études, dans des cadres très diversifiés. Tous sont amenés à réussir dans la formation de leur choix.
        Certains de nos étudiants sont devenus journalistes, écrivains, comédiens, chanteurs, réalisateurs ou producteurs de cinéma, ébénistes d’art, relieurs d’art etc.
        D’autres travaillent dans le domaine de l’enseignement, de la recherche, ou encore dans les ressources humaines, la communication, la gestion des administrations publiques.
        D’autres encore ont intégré une IEP (Sciences-Po), un master d’urbanisme, l’école du Louvre, la Femis, les Arts décos, les Beaux arts etc.
Voir les résultats détaillés sur le fichier ci-joint :

(JeanneDAlbret_KH_Resultats.pdf )

Après la khâgne, quelles études ?
        Deux perspectives s’offrent à l’étudiant en fin de khâgne :
1) soit il poursuit ses études dans une école dont il a réussi le concours
2) soit il poursuit un cursus universitaire, en bénéficiant des passerelles qui existent entre les classes préparatoires aux grandes écoles et l’université. Il passe alors directement en L3 (Licence, troisième année), soit dans la matière de sa spécialité (par exemple les lettres, s’il a fait une khâgne spécialité lettres), soit dans une filière généraliste à l’université (l’université Paris-X Nanterre propose une filière pluridisciplinaire, nommée « humanités »).
        Notons que les anciens élèves de classes préparatoires aux grandes écoles sont particulièrement bien formés pour poursuivre avec succès un cursus universitaire, y compris dans des filières sélectives.
        La formation en prépa littéraire est particulièrement adaptée aux étudiants qui se destinent à l’enseignement (le CAPES et l’agrégation se passent au niveau Master) ou à des concours d’entrée dans la fonction publique.

Les passerelles entre les classes prépas et l’université
        Lors de l’inscription en hypokhâgne, les étudiants s’inscrivent en parallèle dans une des universités avec lesquelles le lycée Jeanne d’Albret a signé des accords (Paris-X Nanterre, Paris IV, université Paris-Diderot). Ils n’en fréquentent pas les cours, mais se voient délivrer un diplôme universitaire dans une des matières de leur choix enseignées en hypokhâgne et khâgne.
        Ce système d’équivalences permet aux étudiants qui ne souhaitent pas poursuivre en deuxième année de rejoindre l’université sans perdre de temps, et à ceux qui ont suivi les deux années d’entrer directement en L3 (Licence, troisième année). Bien entendu, cette possibilité est offerte aux étudiants qui auront fourni un travail suffisant pour être reconnu et validé par l’université.

Des liens durables avec nos anciens étudiants
        Nombreux sont ceux qui ont gardé des liens avec leurs professeurs de prépa littéraire de Jeanne d’Albret. Leurs témoignages nous permettent d’avoir du recul sur notre travail. Ils nous parlent souvent de leurs années de prépa comme d’une expérience fondatrice.

Quel profil faut-il avoir pour être admis en prépa littéraire à Jeanne d’Albret ?
        Les admissions se font sur dossier, par la procédure Parcours Sup, avant les résultats du baccalauréat. Notre formation s’adresse aux élèves préparant un baccalauréat L, ES ou S.

        Le dossier comprend exclusivement :

  • les 3 bulletins trimestriels de la classe de première,
  • les 2 premiers bulletins de la classe de terminale.
  • les notes du bac de Français.

        Nos critères d’admission sont :

  • des résultats équilibrés dans les matières enseignées en prépa littéraire (voir tableau ci-dessus), une présence assidue et un travail sérieux et régulier.
  • mais aussi, et surtout, de la curiosité, du goût pour l’étude et la lecture. En prépa, le rythme de travail s’accélère : on ne peut s’y épanouir et y réussir que si l’on prend plaisir à apprendre.

        Nous accueillons aussi bien des élèves déjà dotés d’un excellent niveau en terminale, que des étudiants qui, n’ayant pas encore développé toutes leurs potentialités, disposent d’une marge de progression prête à se révéler grâce à l’intérêt pour les études.

Partager